Ajouter à mon calendrier
Le , Librairie Page et Plume

Jeudi 22 septembre, à partir de 19h, la librairie accueille les éditions Project'îles pour une rencontre avec Monique Séverin (La Réunion), Gerry l'Étang (La Martinique) et Ananda Devi (Île Maurice).

Les éditions PROJECT’ÎLES défendent une littérature indianocéane, défendent les voix et imaginaires qui y surgissent, défendent les valeurs humaines de fraternité. Résolument. Décoloniale, exigeante, subversive, indépendante et ouverte aux débats de société, PROJECT’ÎLES participe à une vision décentrée du monde.

MONIQUE SÉVERIN
Monique Severin, née à la Réunion, puissante voix de la littérature indo-océanique, explore les tensions à l’œuvre dans une société marquée par l’esclavage. La femme et son regard sont au centre de son écriture et La peine de l’eau ne déroge pas à cette règle, comme dans Femmes, sept peaux (roman, L’Harmattan, 2003), Madame Sans Langue (conte philosophique, Magellan, Miniatures, 2013), La Bâtarde du Rhin (roman, Vents d’ailleurs 2016), Nénènes, porteuses d’enfance (nouvelles, collectif, Petra 2017), Némésis et autres humeurs noires (nouvelles, L’Harmattan 2020).

GERRY L’ÉTANG
Né en 1961 à Fort-de-France (Martinique), est professeur d’ethnologie créole à l’université des Antilles. Nouvelliste et auteur d’essais sur la créolisation culturelle, il a également co-écrit un roman haïtien, Fillette Lalo. Dans ce deuxième roman, La Désapparition, Gerry L’Étang procède à une critique sociale mordante, férocement pertinente des sociétés créoles post-coloniales. Forgé par Edouard Glissant, lequel s’est très vraisemblablement inspiré du mot créole « désaparet », le terme désapparition est par ailleurs la légère variation du vieux français : « désapparution ».

ANANDA DEVI
Poète, romancière et nouvelliste, Ananda Devi est née à l’Île Maurice. Elle s’est imposée comme une figure majeure de l’espace littéraire francophone. Élevée au contact de plusieurs langues, ethnologue de formation, traductrice de métier, elle est sensible à l’imbrication des identités, aux contradictions de l’espace insulaire et à la question toujours brûlante de l’altérité.