À partir du 16/11/20, seuls les ouvrages en stock en magasin sont éligibles au système de "click and collect".

Robert D.

La griffe du chien
14 août 2020

Bien plus qu'un roman!

De ce livre, James Ellroy a écrit: "Le plus grand roman sur la drogue jamais écrit. Une vision grandiose de l'Enfer et de toutes les folies qui le bordent."

Années 1980-1990. Le Mexique est la plaque tournante du commerce de la drogue entre les pays producteurs d'Amérique du Sud et les États-Unis. C'est dans ce contexte que s'engage une guerre sans merci entre Art Keller, un flic américain obsédé par la lutte contre le trafic de drogue, et tout aussi obsédé par la vengeance de la mort sous la torture de son adjoint et ami, et la famille Barrera, Adan le gestionnaire et Raul le tortionnaire, qui règne sans partage et par la terreur sur les cartels de narcotrafiquants.

C'est un roman d'une richesse indescriptible où tout se mêle sans jamais nous perdre. Situation géopolitique États-Unis- petits pays d'Amérique Centrale et Mexique, polices et justices corrompues jusqu'à l'os, États corrompus, guerres des gangs, ventes d'armes… Petits voyous qui s'élèvent dans "l'échelle sociale" des cartels à coups de meurtres froids… Plato o plomo… Tous, à tous les niveaux de la société mexicaine, ont le choix de collaborer ou non avec les narcotrafiquants… L'argent ou le plomb! Et, bien sûr, les compromissions en série, les traques interminables, les machinations infernales, les mensonges aux conséquences épouvantables, les meurtres, les tueries…

Tout est tellement documenté ici, tellement vrai, jusqu'au terrible tremblement de terre de Mexico du 19 septembre 1985 et ses conséquences, qu'on y croit de toutes nos forces. Don Winslow n'aurait fait que raconter des événements qui se sont déroulés?!

Terrifiant! Il n'est qu'à lire les quatre pages du prologue pour se décider: je continue ou j'arrête là? Si je peux me permettre... Si vous voulez découvrir un chef-d'oeuvre, alors continuez.

Underground railroad
8,20
15 juin 2020

Underground railroad

UN SUPERBE ROMAN! Souvent inconfortable, peut-être même parfois insupportable, irrespirable, mais… indispensable, incontournable, lu en un temps où aux États-Unis un policier blanc assassinait un énième homme noir.

Underground Railroad, "le chemin de fer clandestin", ne possède ni gares, ni rails, ni quais, ni trains, ni chefs de gare… Il s'agit en fait d'un réseau de routes et chemins, doublé d'une organisation d'hommes et de femmes qui, durant le 19e siècle, ont activement aidé des esclaves venus d'Afrique à s'enfuir… Suivant les États, ces blancs, qui croyaient en un monde plus juste, risquaient leur vie à tout moment, lynchage ou pendaison assurés en cas de dénonciation.

Arnold Ridgeway est un fils de forgeron. À 18 ans, il devient chasseur d'esclaves. Impitoyable monstre de cruauté, il est considéré comme infaillible et sème la terreur autant parmi les esclaves que parmi ceux qui les aident, depuis la Géorgie jusqu'à New York.

Cora a 16 ans. Esclave dans une immense plantation de coton de Géorgie, elle a été abandonnée par sa mère qui a réussi à s'enfuir. Battue, fouettée plus souvent qu'à son tour, violée, affamée, elle accepte un beau jour de suivre un jeune garçon, Caesar, esclave comme elle, dans une fuite désespérée.. Après quelques jours d'une course folle et épuisante dans les marais pour s'éloigner le plus vite possible de la plantation, - s'ils étaient repris, ils seraient torturés puis mis à mort - , ils trouvent leur première "gare" et rencontrent leur premier "chef de gare".

C'est un roman fort où la peur est bien présente, où même les périodes calmes et tranquilles laissent traîner un sentiment d'inquiétude. Un roman qui nous rappelle toutefois que… à une époque pas si lointaine, des hommes achetaient d'autres hommes, les possédaient comme on possède une marchandise, les utilisaient, les vendaient, les supprimaient quand ils n'en avaient plus besoin. Un sacré bouquin.

Une citation du livre:
"Et l’Amérique est également une illusion, la plus grande de toutes. La race blanche croit, croit de tout son cœur, qu’elle a le droit de confisquer la terre. De tuer les Indiens. De faire la guerre. D’asservir ses frères. S’il y avait une justice en ce monde, cette nation ne devrait pas exister, car elle est fondée sur le meurtre, le vol et la cruauté. Et pourtant nous sommes là."