Olivier H.

Ce qu'il faut de nuit
16,90
par (Libraire)
22 août 2020

Un premier roman bouleversant...

Un premier roman étonnant par son style vif, ses phrases courtes et évocatrices et portées par un vocabulaire bien ajusté. Un roman émouvant par son histoire simple (pas si simple en définitive), celle d’un père et de ses deux fils, une histoire de famille, une histoire qui vous prend aux tripes, et qui ne vous lâche pas. On a la gorge nouée tout au long de la lecture. Une fiction qui décrit mieux qu’un long discours, ou un essai sociologique, la réalité sociale de certaines petites villes françaises. Les faits évoqués, dont on ne parlera pas pour laisser au lecteur le soin de la découverte, vont se précipiter tout au long de ce récit où l’auteur va tenter, et avec succès, de poser deux questions fondamentales : Comment l’irrémédiable se crée ? Et amener le lecteur à se demander : Qu’aurais-je fait ? Que ferais-je si cela devait arriver ?
Pas de leçon à donner, juste les faits.

Un roman à mettre aux côtés des ouvrages de Nicolas Mathieu et Annie Ernaux.

Laurent Petitmangin est né en 1965 en Lorraine au sein d’une famille de cheminots. Il est actuellement salarié d’Air France.
Il s’exprime ainsi à propos des livres :

« Pour moi, un livre, c’est un peu l’équivalent d’une cabane d’enfant. Quand j’étais petit, j’avais des amis qui savaient faire des choses incroyables de leur mains, en bois, en fer. Moi, non. Pas par manque de patience ni manque d’imagination, mais simplement parce que j’en étais incapable. Ecrire, ça, j’y arrivais. J’arrivais à construire. L’histoire venait. Il y a un côté très chaud, très enveloppant à une histoire qu’on commence à façonner, cela devient un peu notre cabane, avec nos mots, nos secrets »

Rural noir
18,00
par (Libraire)
9 avril 2020

Coups de cœur de nos lecteurs : Rémi Pezerat

Dans un petit village de la Nièvre, dans les années 80, trois garçons et une fille passent ensemble tous leurs temps libres. Ils sont inséparables pour se baigner à la rivière, effectuer des balades à vélo ou faire le coup de poing avec les jeunes des environs.
C’est difficile de faire des folies : tout le monde au village se connait et se surveille. Mais un incident de voisinage va dégénérer et rompre le calme champêtre. Alors tous vont se taire.
Un des quatre, Romain, va même partir au loin pour oublier.
Son retour, dix ans plus tard, ravive les plaies non fermées. Virilité et vengeance vont à nouveau se combiner avec en plus les nuisances arrivées de la ville. C’est une descente aux enfers. D’où le titre de ce roman « Rural noir », très proche de ceux de Pierre Pelot.

Écotopia

Rue de l'échiquier

19,00
par (Libraire)
9 avril 2020

Coups de cœur de nos lecteurs : Paul Huguenot-Noël

Un retour aux sources, aux choses fondamentales de la vie, c'est ce à quoi aspire la
société écotopienne, écologie, recyclage, nature, lenteur, amour, égalité des sexes,
service forestier, semaine de 20h, autogestion, décentralisation... C'est le monde
utopique qu'Ernest Callenbach a imaginé et nous décrit à travers les articles et le
journal intime d'un journaliste américain venu découvrir ce nouveau pays 20 ans
après la sécession avec les Etats-Unis. 
En ces temps sombres de crise sanitaire et écologique, on découvre dans ce livre
des idées et pratiques passionnantes qui donnent à réfléchir sur notre société
consumériste et destructrice du vivant. Ecotopia est loin d'être parfait mais je vois en
cela une preuve et un espoir que ce genre de société véhiculant de telles valeurs
puisse un jour réellement exister. Ré-inventons nous et la société avec nous.

Noir Volcan

Le Castor Astral éditeur

par (Libraire)
31 mars 2020

Un peu de douceur

Un peu de l'évasion,
Un peu de l'ailleurs,
Un peu d'hier,
Un peu de tout de suite,
Des odeurs,
La main de l'autre sur la joue,
Sa main,
Ta main,
Sur ma joue.
Un peu de sentiers,
Un peu de route,
Un peu de tout,
Un peu d'amour,

Un peu d'elles.

Un peu d'elle.

Le discours

Fabrice Caro

Gallimard

par (Libraire)
31 mars 2020

Excellent, comme toujours...

Un homme est prié de bien vouloir composer un discours pour le mariage de sa sœur. Ça le gonfle prodigieusement, c’est vrai aussi, qui cela ne gonflerait-il pas ? Par le nouveau Maître Absolu de l’absurde…