Jacky F.

Histoires de la nuit
par (Libraire)
23 septembre 2020

Il est aisé de croire que le temps efface tout; qu'il suffit de mettre de la distance avec les événements passés et prendre un nouveau départ... Sauf que le destin est une sorte de comptabilité et les vieux comptes doivent être soldés, quitte à entraîner dans nos histoires ceux de notre nouvelle vie. Passé maître dans l'art du détail et de la concision, l'auteur nous livre un roman époustouflant, un huis-clos implacable que l'on referme la bouche sèche de stupéfaction.

Nord-Est

Fosse aux ours

18,00
par (Libraire)
21 septembre 2020

Superbe !

C'est devenu un rendez-vous, un nouveau roman d'Antoine Choplin, incontournable pour qui aime se faufiler sur des chemins de traverse à l'issue incertaine, en compagnie de rêveurs, de poètes, de personnages en quête d'espoir. Un écrivain attentif aux moindres bruissements du monde, une écriture tout en douceur et pétrie d'humanité. Superbe !!

Ce qu'il faut de nuit
16,90
par (Libraire)
17 septembre 2020

Fulgurant

"Est-ce qu'on est toujours responsable de ce qui nous arrive ?" Cette question, posée par ce père de famille qui élève seul ses deux fils, est sans doute le point névralgique de ce roman coup de poing. Une histoire d'une grande force autour de la question du choix, des convictions et des sentiments. Premier roman, fulgurant, on en sort ébranlé et le souffle court.

Lumière d'été, puis vient la nuit, roman
par (Libraire)
17 septembre 2020

Un roman d'une vive intensité lyrique

Un roman d'une vive intensité lyrique, délicieusement déroutant... L'auteur nous place en orbite dans son univers, toujours en ciel et terre. Fin observateur des vicissitudes de l'âme humaine, voici un digne héritier des sagas islandaises dont le talent n'est plus à prouver. Magnifique !

Walker

Éditions de L'Olivier

23,00
par (Libraire)
17 septembre 2020

Comme un long poème épique

Un promeneur solitaire dont les rêveries sont des cauchemars... New York, Los Angeles, San Francisco, odyssée urbaine tout en images, puissantes, évocatrices, celles d'une âme à fleur de peau et des rencontres, des dialogues, entre Carver et Crumley, des personnages, des scènes tout droit sorties d'un film de Siodmak... portrait noir et blanc de l'Amérique des années 1950, comme un long poème épique. Splendide !