Librairie coiffard

Lucas

Contre-Allée

Conseillé par (Libraire)
27 février 2018

Conseillé par Stéphanie

Quelque chose me trotte dans la tête depuis que j'ai fini "Assommons les poètes", et "Témoin", lu dans la foulée. Pourquoi le métier de poète-reporter n'existe-t-il pas partout en France, partout dans le monde? Les poètes devraient être universellement reconnus. Ils seraient nos hérauts, peut-être même nos héros.
La parole de Sophie G. Lucas est indispensable. Implacable, engagée, résistante, cette femme a des yeux, des oreilles ; les sens à l'affût (même celui de l'humour), elle nous dit avec ses mots. Elle nous réveille, elle nous éveille.
"Assommons les poètes", clin d'oeil à Baudelaire et à son poème "Assommons les pauvres" est à mettre en toutes les mains, à glisser dans toutes les poches, à conserver dans toutes les bibliothèques!

18,00
Conseillé par (Libraire)
14 février 2018

Conseillé par Stéphanie

"Comme le cristal"
Quand on pense au cristal, on imagine quelque chose de lisse, de brillant, de clair, de transparent aussi. On pense éclat et sonorité inimitables. Et puis fragilité.
Or Lisette, Ada, Franz et Gretchen au prime abord n'ont pas d'éclat. Non. Mais ils sont fragiles, certainement. Ce sont des femmes et un homme ordinaires. Chacun vit avec sa part de névrose, de solitude, de colère aussi. Chacun se débat avec son quotidien. Agaçants ces personnages? Oh oui! Ils sont surtout maladroits, empêtrés dans leur passé et leurs erreurs. Pourtant le lecteur se surprend à les aimer. Certainement grâce au talent de Cypora Petitjean-Cerf. Une structure narrative brillante, un regard à la fois tendre et cynique sur la vie et les gens, un brin de folie, un zeste de fantasmagorie, une bande son "Heavy Metal", finalement c'est peut-être sous la couche névrosée des personnages que se cache leur éclat.
Il faut souvent des années pour opérer sa mue. Parfois aussi un événement inattendu fait basculer les choses. Et si un canapé lié à l'enfance perdue resurgissait? Là. Comme ça. Sans explication.
"Comme le cristal" est un roman atypique provocateur de sourire. Une jolie découverte.

Conseillé par (Libraire)
4 janvier 2018

Conseillé par Carole, Stéphanie et Rémy

Que le lecteur ayant tourbillonné sous la plume d'Olivier Bourdeaut en écoutant Nina Simone et son Mr Bojangles se réjouisse!
"Pactum Salis" nous a enchanté!
Le château n'est plus en Espagne. Non. La nouvelle vie rêvée se situe dans les reflets rosée de la fleur de sel, au son de l'aigrette, à la sueur du front et au geste inimitable du paludier maniant la lousse à la surface de l'oeillet. Jean, parisien repenti, se nourrit du silence, de la solitude et du labeur induit par son métier. Aussi n'apprécie-t-il pas du tout, mais pas du tout, de trouver au petit matin un homme affalé sur son tas de sel durement élevé. Et quand il découvre que ce Môssieur assommé par l'alcool s'est permis d'uriner juste à l'endroit où la bâche protectrice présente quelques trous, la moutarde lui monte au nez! Jean vient de rencontrer Michel.
Ce couple improbable, drôle, horripilant nous happe comme les marais le font avec les mocassins de marque de Michel : brusquement, totalement, dangereusement. Faut-il ajouter qu'Olivier Bourdeaut franchit l'étape du deuxième roman avec virtuosité?

Conseillé par (Libraire)
20 décembre 2017

Conseillé par Charlotte

Dans la vie de François-Henri Désérable, il y a eu du hockey, Romain Gary et… un Certain M. Piekelny. Se retrouvant par hasard devant le 16 de la rue Pohulanka à Vilnius, une phrase de "La Promesse de l’aube" va résonner dans sa tête et l’amener à enquêter, à la recherche de cette « petite souris triste ». A travers cette biographie sur Gary, François-Henri Désérable nous livre son lien à la littérature, non sans une pointe d’humour ; mais surtout il questionne la frontière entre le réel et la fiction. Car après tout, Gary a trompé beaucoup de monde. Qui nous dit que M. Piekelny a réellement existé ? Rien, ni personne.
Au gré des découvertes et des hasards, le récit se construit sur l’évolution de cette enquête, évoquant les doutes et les souvenirs de l’auteur. La langue est maniée avec subtilité et finesse, nous permettant de savourer cette histoire à travers les mots. Nominé pour plusieurs prix, "Un Certain M. Piekelny" est pour moi la plus belle découverte de l’année.

Conseillé par (Libraire)
14 décembre 2017

Conseillé par Stéphanie et Marie-laure

Grande fresque romanesque, saga familiale, roman, récit, dialogue intime, réflexion sur l'écriture : ce livre est un Objet Littéraire Non Identifié comme l'admet volontiers Caroline Laurent!
Lire "Et soudain la liberté" c'est traverser le XXème siècle en passant par l'Indochine, Nouméa, Cuba, et Paris, en compagnie de deux femmes, Lucie et Mona, figures romanesques d'Evelyne Pisier et de sa mère. Quel héritage formidable nous ont donc laissé ces femmes incroyables, qui ont su s'affranchir d'un carcan social, politique et religieux, à l'image de leur idole : Simone de Beauvoir.
Enfin, impossible de ne pas évoquer le coup de foudre amical entre Caroline Laurent et Evelyne Pisier. Respectivement 28 et 75 ans. Ces deux femmes sont tombées en amitié comme on tombe en amour, avec une fulgurance et une compréhension mutuelle unique. Ce texte réconcilie le lecteur avec la vie et nous rappelle combien la transmission entre générations est essentielle.