En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

COMMENT ETRE UN ETRANGER, DE VENISE A GOA, XVIE-XVIIIE, Goa-Ispahan-Venise, XVIe-XVIIIe siècles
EAN13
9782362790683
ISBN
978-2-36279-068-3
Éditeur
Alma Éditeur
Date de publication
Nombre de pages
345
Dimensions
18 x 13 x 2 cm
Poids
315 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Comment Etre Un Etranger, De Venise A Goa, Xvie-Xviiie

Goa-Ispahan-Venise, XVIe-XVIIIe siècles

De

Traduit par

Alma Éditeur

Offres

Comment vit-on ailleurs ? Et pourquoi se sent-on bientôt étranger dans sa propre culture ? À cette question, Sanjay Subrahmanyam répond en croisant les destins de trois personnages dont la carrière se joua entre l’Europe, l’Iran et l’Inde moghole aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Le « Maure Meale », un prince de Bijapur (centre-Ouest de l’Inde) s’est réfugié auprès des Portugais de Goa à la suite de querelles dynastiques. Les conflits d’intérêts (1540-1570) le mènent d’un camp à l’autre. À travers son histoire et celle de sa famille, se croisent et se contrarient l’Islam indo-persan et la triomphante Contre-Réforme des jésuites.
Le voyageur, négociant et aventurier anglais Anthony Sherley (1565-1633), passionné de philosophie politique, de diplomatie et de commerce, devint prince à la Cour safavide d’Ispahan avant de connaître des fortunes diverses et de finir sa trajectoire comme amiral espagnol. Sanjay Subrahmanyam analyse la lucidité mais aussi les lubies d’un esprit remuant que l’Angleterre finit par écarter.
L’ultime destin concerne celui d’un personnage que Blaise Cendrars tenait pour le maître des bourlingueurs : l’aventurier vénitien Nicolò Manuzzi (1638-1720), à la fois marchand, artilleur et médecin autodidacte. Ces qualités lui permirent de briller à Delhi auprès du « Grand Mogol » et d’évoluer au cœur du sous-continent indien où il resta jusqu’à sa mort à 82 ans.

À travers ces trois personnages se dessinent, non pas un choc des cultures – thème que Sanjay Subrahmanyam récuse – mais les débuts de la conscience moderne de l’altérité. Ne serions-nous pas tous étrangers, c’est-à-dire membre d’un groupe auquel nous n’appartenions pas à l’origine – ou dont nous ont écarté l’espace et le temps, sans nous en séparer complètement ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.