Les tyrannies de l'épidémie, Nos libertés sacrifiées
EAN13
9782213718330
ISBN
978-2-213-71833-0
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
DOCUMENTS
Nombre de pages
198
Dimensions
21 x 13 x 1 cm
Poids
250 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les tyrannies de l'épidémie

Nos libertés sacrifiées

De

Fayard

Documents

Offres

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous immolé aussi vite nos libertés, au nom de la lutte contre le virus ? Nous avons renoncé à nous déplacer, à manifester, à nous exprimer, à nous cultiver, à travailler même. Nous avons placé la santé au-dessus de tout, et percevons aujourd’hui le prix à payer. Nous avons sacrifié à la vie biologique toutes les autres vies – économique, sociale, culturelle, sportive, amicale… – et découvrons désormais l’étendue des dégâts. Abandonnés à la « servitude volontaire », nous avons accepté les oukases du gouvernement, des médecins, de l’administration. Nous avons respecté les couvre-feux et rempli nos attestations. Nous avons surtout cédé à la peur, celle de la mort et celle du gendarme. Nous avons oublié que vivre, c’est prendre des risques.
En notre obéissance au nouvel ordre sanitaire, dans un choix collectif, nous avons préféré la sécurité des vieux à l’avenir des jeunes. Humanisme ou aveuglement, cet arbitrage aux apparences altruistes dissimule la dictature d’une génération dorée, celle des « baby-boomers ». L’épidémie cache aussi une guerre des générations.

Face à toutes ces petites tyrannies, nous ne nous sommes pas révoltés, nous n’avons presque pas résisté, nous avons à peine râlé. Le moment est donc venu de réfléchir.

Christophe Barbier est journaliste politique. Ancien élève de l’École normale supérieure, il est nommé rédacteur en chef du service politique de L’Express, en 1996, puis directeur de la rédaction en 2006. Aujourd’hui éditorialiste politique pour BFMTV et Actu J, Christophe Barbier est par ailleurs comédien et critique dramatique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christophe Barbier