Conseils de lecture

"Un récit sans complaisance, une déclaration d'amour fraternel." Delphine de Vigan

HarperCollins

Conseillé par (Libraire)
9 août 2020

Frères amis

Récit, roman, entretien, projet artistique, projet schizophrénique qui se défie des codes, des genres. Gringe y raconte sa relation à son frère Thibault, diagnostiqué schizophrène. De l'hébétude liée à l’annonce de cette maladie, la culpabilité de n'avoir su "protéger son petit frère", l'incompréhension face à ses paroles, ses attitudes, ses gestes,vouloir prolonger cet état fusionnel fraternel où l'on sait tout de l'autre, brisé par cette maladie, ne pas savoir quelle attitude adopter face à ça, faire comme si de rien n'était, la pitié, la colère. Et ce que ça implique de dérives dans sa propre vie, entre envie de se réaliser, et la culpabilité d'être le frère qui réussit. Un roman schizophrénique aussi, parfois on ne sait pas qui prend la parole. Un "je" qui se démultiplie. Un roman vivant, vibrant, émouvant, d'une grande énergie, une ode à ce lien unique, étrange et incompréhensible qui lie les fratries!


Les Presses de la Cité

21,00
Conseillé par (Libraire)
9 août 2020

Double Je(u)

Deux sœurs, deux femmes, deux familles. Ce qui aurait pu être une chronique familiale, sociale, se révèle beaucoup plus riche et complexe qu'il n'y paraît. Comment vivre dans l'ombre, pourquoi vivre caché, renoncer à des choses, parce qu'un homme a eu la faiblesse d'aimer deux femmes, de fonder deux familles. un roman construit en miroir. La sœur qui sait et qui se cache, celle qui ne sait pas et vit au grand jour. Ce que ça implique chez chacune, ce que ça bouscule comme certitudes. Pas de forts, pas de faibles, pas de lâche ni de courageux, qui a raison, qui a tort, est-ce bien là le sujet? Est-ce à nous d'en juger? Un roman subtil, riche et passionnant!


Roman

Robert Laffont

21,00
Conseillé par (Libraire)
9 août 2020

En l'an de grâce...

Ce titre-là, dès que j'en ai entendu parler, m'a donné envie. Et puis je m'y suis plongée. Dépaysement assuré, le nord du nord de la Norvège, un village, une falaise, du froid, des peau de rennes, des poissons, une austérité, les odeurs, et des femmes. Une communauté dont tous les hommes ont péri en mer lors d'une tempête. Nous sommes en 1617. Impossible de se laisser mourir de faim, certaines volent le pantalon de leur défunt mari et partent pêcher à leur tour. De la pêche au péché il n'y a qu'un pas. Une communauté de femmes seules, ça attire les regards, ce n'est pas conforme aux volontés de Dieu. Surtout quand certaines gravent des runes ou sculptent des figurines. La chasse aux sorcières est lancée. Par sa narration, son romanesque, ce livre m'a fait penser à des romans de Tracy Chevalier ou Jessie Burton. Historique et moderne, intemporel. Et au cœur de ce roman, une relation pudique, sensuelle, qui me rappelle celle d'un 'Portrait de la jeune fille en feu".


L'Iconoclaste

19,00
Conseillé par (Libraire)
9 août 2020

Un roman plein de vie(s)

Ce titre faisait parti de ceux que j'attendais le plus cette rentrée. Une autrice dont j'apprécie le travail qui arrive dans une maison dont j'apprécie l'engagement, des retours favorables, enthousiastes. Je le gardais comme une récompense. La récompense était à la hauteur. J'ai été emportée par cette histoire pleine de vie, d'une grande liberté, de cette femme qui va où son cœur la porte, un cœur d'artichaut parfois, mais d'une grande pureté, qui ne se trahit jamais. Elle est entière, même quand elle doit composer avec la vérité, c'est une tornade, une bouffée d'air, Liv Maria, ne laisse pas insensible! Je suis tombée amoureuse de sa liberté!


13,00
Conseillé par (Libraire)
9 août 2020

Un "Feel Good Book" surprenant!

Un "Feel Good Book" à l'Arbre Vengeur? Mais que se passe-t-il donc dans cette honorable maison? C'est sans compter leur génie à transformer le "vilain" mot en partie de plaisir! Je l'ouvre, je ris, je m'enflamme, je m'émeus.dans ce bref roman, il y a des charentaises, des zeugmes, des artistes, une rupture, une histoire d'amour, Buster Keaton, de l'humour, de la politique, il y a surtout une pépite à découvrir! Et si je ne faisais pas partie de la secte des nu-pieds, chez moi, je serai déjà partie acheter une belle paire de charentaises, made in France, of course!