Un assassin parmi nous

Un assassin parmi nous

Shari Lapeña

Presse de la Cité

  • 30 juin 2020

    Lecture d'été.

    Besoin de repos dans un lieu calme et isolé ?

    Pourquoi ne pas opter pour un séjour au Mitchell’s Inn, un charmant hôtel, perdu en forêt, et sans connexion internet ?

    C’est ce que trois couples, un avocat, une écrivaine et deux amies ont décidé de tenter, chacun pour des raisons différentes.

    Mais, dès le lendemain matin, alors qu’une tempête de neige se déchaîne provoquant une coupure d’électricité et les isolant totalement du monde extérieur, ils découvrent un cadavre au bas de l’escalier.

    Autant dire que pour le calme et le repos, c’est raté.

    Alors qu’ils en sont encore à se demander s’il s’agit d’une chute accidentelle ou d’un meurtre, la découverte d’un deuxième corps va rapidement les aider à répondre à cette première question.

    S’ensuit donc un week-end interminable, entre enquête, suspicions, frayeurs et mensonges multiples. Parce que ce second cadavre soulève également une autre évidence : le coupable est forcément l’un d’entre eux.

    Petit thriller mené à la façon d’un Cluedo, Un Assassin Parmi Nous est d’une lecture sympathique et se lit facilement.

    Ce ne sera pas le polar du siècle (ni même de l’année), mais il offrira un moment de détente au lecteur en recherche d’une intrigue simple et rafraîchissante pour l’été.

    Il pourra également beaucoup plaire aux adeptes de thrillers « doux », pour peu qu’ils ne soient pas trop regardants sur quelques invraisemblances (quasiment obligatoires pour un roman recréant une ambiance de murder party).

    Il répond à quasiment tous les critères du genre : meurtres, lieu isolé, météo extrême, groupe d’inconnus réunis par hasard, secrets inavouables et alibis bancals. Et l’auteure sait s’en servir pour nous emmener où bon lui semble, et ainsi nous leurrer jusqu’à sur le véritable coupable.

    Le rythme est bon, et l’ambiance bien retranscrite.

    Le style est simple et efficace, pour ce type d’intrigue.

    Ce roman a, d’après moi, les défauts de ses qualités, car en répondant très bien au principe de murder party, il s’exempte de toute obligation de profondeur scénaristique et de développement d’empathie pour les personnages.

    Un thriller en huis clos que je recommanderai donc avec certaines réserves, en fonction du type de lecteurs.