La danse de la tarentule

La danse de la tarentule

Claire Blanchard

Les Presses de la Cité

  • 28 février 2021

    Une belle découverte.

    La Danse de la Tarentule a été une lecture très plaisante.
    Claire Blanchard parvient à nous raconter une histoire pour le moins difficile avec un style qui nous la rend presque personnelle.
    L’attachement à la petite Émilie a été immédiat pour moi.

    Élevée avec son jeune frère par sa grand-mère et sa tante, aussi pieuses que teigneuses l’une que l’autre, elle ne rêve que du retour de ses parents, pour enfin reprendre une vie de famille normale.
    Une vie que ses souvenirs d’enfants lui promettent idéale. Sa mère, son soleil, sa fierté, sa référence...
    Pourtant, le jour où le rêve se réalise, il ne faut pas longtemps pour se rendre compte que les lointains souvenirs étaient pour le moins mensongers.

    Violences familiales, haine, inter et intra, générationnelle, cercle vicieux d’un calvaire écrit dans l’ADN des bourreaux, mais malheureusement aussi dans celui des victimes.
    Et pourtant, grâce à la plume de l’auteure, le lecteur ne se transforme à aucun moment en voyeur.

    Le fait d’écrire l’histoire d’après les yeux et avec la voix d’Émilie y est pour beaucoup, donnant vraiment la sensation de l’écouter raconter son histoire et de la regarder grandir au fil des pages.
    Le roman est à la fois terriblement plein de douleurs et incroyablement débordant d’espoir.
    La toute fin est elle-même à cette image, et on en ressort chamboulé et apaisé.

    Les thèmes sont traités avec naturel et sans surenchère. Elle présente ces cycles de violence de manière très simple et sincère, et le texte déborde d’humanité et empathie.

    Un livre qui plaira à tous, précisément parce qu’il touchera tout le monde.
    À lire, pour découvrir Émilie, et pour entendre tout ce qu’elle a à nous dire.